Le cancer de la prostate ne s'est véritablement individualisé de l'hypertrophie bénigne qu'au début du 20ème siècle où il était alors - rarement - traité par une intervention de prostatectomie totale périnéale avec des résultats carcinologiques et fonctionnels que l'on peut décrire au mieux comme "aléatoires". Un véritable saut qualitatif survient en 1941 avec la publication par Charles HUGGINS de Chicago de sa découverte de l'hormonodépendance de ce cancer : Il montre que, chez la souris, le cancer prostatique s'arrête de progresser lorsqu'on réalise une orchidectomie bilatérale tandis qu'on assiste à sa reprise évolutive si l'on réintroduit de la testostérone. Il recevra le Prix Nobel en 1966 pour cette découverte et le concept qui en découle du traitement du cancer de la prostate chez l'homme par suppression androgénique.
Continuer la lecture  |  Réagissez