La discipline rhumatologique s'est profondément transformée depuis dix ans avec l'avènement des drogues ciblées, et tout particulièrement ce que nous appelons (improprement) les biothérapies : anticorps monoclonaux anti-cytokines ou anti-récepteurs de membrane des lymphocytes B, T ou des cellules présentatrices d'antigène. L'avènement de ces nouvelles thérapeutique a permis de réaliser des progrès considérables dans la prise en charge efficace des grands rhumatismes inflammatoires chroniques : la polyarthrite rhumatoïde de l'adulte, la spondylarthrite ankylosante et les spondylarthropathies séronégatives, le rhumatisme psoriasique et les manifestations articulaires de la maladie de Crohn, sans oublier, en rhumatologie pédiatrique, les arthrites chroniques juvéniles, et accessoirement les connectivites et les vascularites.
Continuer la lecture  |  Réagissez