Pneumologie

Avis de la collegiale
   

BPCO : Quoi de neuf ?

Le diagnostic de BPCO impose de prouver l'existence d'un trouble ventilatoire obstructif, donc de réaliser des épreuves fonctionnelles respiratoires (EFR) montrant une diminution du rapport VEMS/CV. Bien que cet examen soit sans risque, il nécessite un minimum de coopération de l'examiné. Cette coopération est parfois difficile d'autant que la fréquence de la BPCO augmente avec l'âge (1) et que les troubles cognitifs s'opposent à la réalisation d'EFR de bonne qualité
Continuer la lecture  |  Réagissez

La réhabilitation respiratoire

La réhabilitation respiratoire (RR) est un domaine dynamique de la pneumologie. Entre 1990 et 1994, 624 publications étaient répertoriées par PubMed alors qu'entre 2010 et 2014 c'était près de 4 fois plus de publications (2494) qui étaient indexées ! Aussi, plutôt que de revenir sur les principes et indications de cette approche de soins qui ont été exposés dans cette revue en 2012, il m'a semblé utile de résumer de ce qui constitue à mon sens certains aspects de l'actualité de la RR.
Continuer la lecture  |  Réagissez

Prise en charge des cancers bronchiques à petites cellules et non à petites cellules

Le terme " cancer bronchique " désigne toute tumeur maligne dont l'origine se situe au niveau de la muqueuse bronchique. Parmi les différents types anatomopathologiques, on distingue les cancers "à petites cellules" des cancers "non à petites cellules" . qui représentent quant à eux près de 85% des cancers bronchiques 1. Avec près de 40 000 nouveaux cas par an, le cancer bronchique est au 4e rang des cancers tous sexes confondus et représente la première cause de d.c.s par cancer en France. La prise en charge diagnostique et thérapeutique est bien codifiée et doit être basée sur les référentiels inter-régionaux et nationaux. Ces référentiels ont été récemment actualisés 2.
Continuer la lecture  |  Réagissez

Syndrome d'apnées hypopnées obstructives du sommeil

Le syndrome d'apnées obstructives du sommeil (SAHOS) se définit par des critères cliniques et électrophysiologies obtenus au cours d'un enregistrement du sommeil (polysomnographie ou polygraphie ventilatoire). La prévalence des apnées du sommeil dans une population générale varie en fonction des critères diagnostics retenus et de la méthodologie ; classiquement on admet que 4 % des hommes et 2% des femmes sont concernés (1).
Continuer la lecture  |  Réagissez

Actualités dans le cancer pulmonaire

Le cancer bronchique (CB) est la principale cause de décès par cancer en France, avec près de 28900 décès en 2010. Son incidence a augmenté au cours des 40 dernières années et cela plus particulièrement chez les personnes âgées (âge médian au diagnostic de 70 ans). Le diagnostic est souvent posé à un stade métastatique. On distingue deux grands types histologiques de CB. Les cancers bronchiques non à petites cellules (CBNPC), qui représentent 80% des cas et les cancers bronchiques à petites cellules (CBPC). Nous allons présenter dans cet article les avancées récentes concernant le dépistage, le traitement des sujets âgés, la chimiothérapie de maintenance et les thérapeutiques ciblées au cours des CBNPC.
Continuer la lecture  |  Réagissez

Avancées thérapeutiques dans la prise en charge de l'asthme

L'asthme touche près de 7 % de la population adulte en France. Sa prise en charge a considérablement évolué au cours de 20 dernières années, comme en témoigne la chute drastique du nombre d'hospitalisations chez les adultes mais surtout de la mortalité par asthme, divisée par deux. Malgré ces progrès, on compte encore près de 1000 morts par an par asthme, dont on considère que plus de 90% seraient évitables. De façon paradoxale, si l'arsenal thérapeutique s'est élargi, on considère que près de 60% des asthmatiques en France ont un contrôle insuffisant de leur asthme, ce qui laisse penser que l'information des médecins et l'éducation des patients pourraient encore être améliorées. Enfin, pour les 10% d'asthmatiques sévères, handicapés dans leur vie quotidienne, souvent dépendants de la corticothérapie orale, hospitalisés fréquemment pour des exacerbations, on attend beaucoup des biothérapies en cours de développement.
Continuer la lecture  |  Réagissez

BPCO : quoi de neuf ?

La BPCO a bénéficié de nouvelles avancées depuis. Ces dernières comprennent une nouvelle approche des différents stades de sévérité qui repose essentiellement sur les données d'une vaste étude "ECILPSE" qui a montré que les exacerbations fréquentes étaient associées à un déclin plus rapide du VEMS. Ainsi, la dernière version de GOLD (global initiative for obstructive lung disease 2011) met l'accent sur la nécessité de modifier la classification des BPCO en prenant en compte les exacerbations, le chiffre de VEMS n'étant pas suffisamment pertinent pour caractériser la sévérité de la maladie.
Continuer la lecture  |  Réagissez

La réhabilitation respiratoire

Lors de l'évolution des maladies broncho-pulmonaires chroniques, l'aggravation progressive de la fonction ventilatoire entraîne une majoration de la dyspnée qui apparaît pour des efforts de moins en moins importants. Par une conduite d'évitement, le sujet diminue peu à peu son niveau d'activité physique et s'installe un état de déconditionnement musculaire et cardiovasculaire. Cette diminution d'activité a été observée dès le stade modéré de la maladie. Le cercle vicieux entre dyspnée, sédentarité et déconditionnement, associé à,la survenue éventuelle d'exacerbations, aggrave peu à peu le handicap. A cette dégradation physique s'associent le plus souvent des éléments anxio-dépressifs et un vécu familial et socio-professionnel plus difficile, le tout participant à une altération de plus en plus sévère de la qualité de vie.
Continuer la lecture  |  Réagissez

La transplantation pulmonaire

La transplantation pulmonaire (TP) est une alternative thérapeutique validée dans la prise en charge des patients présentant une insuffisance respiratoire chronique évoluée. L'intervention consiste selon les cas à implanter chez le receveur 2 poumons, avec ou sans le coeur, ou un seul poumon. Les 3 types de transplantation réalisables sont donc les transplantations cardiopulmonaires (TCP), bipulmonaires (TBP) et monopulmonaires (TMP). Si la TCP nécessite à l'évidence la mise en place d'une circulation extra-corporelle, ce n'est pas forcément le cas pour la TBP et la TMP.
Continuer la lecture  |  Réagissez

Nouvelles en oxygénothérapie de domicile : les extracteurs portables

L'oxygénothérapie de longue durée (OLD) est reconnue comme un traitement incontournable, améliorant la survie et la qualité de vie des patients atteints de broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) au stade de l'insuffisance respiratoire chronique (IRC). Son efficacité repose sur une observance journalière supérieure à 15 heures par jour et sur un traitement à vie.
Continuer la lecture  |  Réagissez