Dermatologie

Dermatite atopique : entre génétique et environnement

La dermatite atopique (D.A) longtemps désignée sous le terme d'eczéma constitutionnel ou d'eczéma atopique, désigne toutes les manifestations cutanées inflammatoires chroniques liées au terrain atopique. Sa fréquence est en augmentation constante, surtout dans les pays industrialisés et en milieu urbain. Elle touche ainsi 15 à 20 % des enfants, 3 % des adultes, voire plus dans les pays du nord de l'Europe.
Continuer la lecture  |  Réagissez

Du naevus pigmentaire au mélanome cutané : quels enjeux de santé publique pour les tumeurs noires mélaniques de la peau ?

Les naevus pigmentaires sont à la fois des marqueurs du risque individuel de mélanome, et des précurseurs : marqueurs car le mélanome apparait de novo dans 60% des cas, précurseur car il se développe à partir d'un naevus pré-existant dans les autres cas. L'examen dermatologique permet d'identifier les naevus atypiques justifiant d'une surveillance ou les mélanomes débutants à un moment où ils sont curables par une simple exérèse chirurgicale. En dépit des efforts de recherche et des progrès accomplis, les enjeux restent nombreux face à ce cancer dont l'évolution peut être mortelle : identification et information des populations à risque sur le dépistage et la prévention, information des médecins et du public, amélioration des résultats encore très médiocres du traitement aux stades métastatiques, mise à disposition des malades des traitements nouveaux aux résultats prometteurs, financement des recherches sur cette maladie.
Continuer la lecture  |  Réagissez

Epidémiologie et prise en charge des maladies sexuellement transmissibles

Les maladies sexuellement transmissibles (MST) sont, depuis le milieu du XIXè siècle, prises en charge par les dermatologistes. Auparavant, elles étaient plutôt du ressort des chirurgiens, le dernier et le plus illustre étant Philippe RICORD (AIHP 1822), fondateur de la grande Ecole de la vénéréologie française. En effet, une des attributions des syphiligraphes du début du XIXè siècle était l'exérèse chirurgicale des chancres génitaux. Lorsque les spécialités médicales se sont individualisées et, que de plus, l'histoire naturelle de la maladie syphilitique fut mieux connue, c'est tout naturellement que les dermatologistes devinrent syphilologistes (ou syphiligraphes), puis, vénéréologistes. Qui, en effet, mieux qu'eux auraient pu apprécier la subtilité dermatologique de la syphilis dans tous ses états. D'ailleurs, la chaire des Maladies Cutanées créée pour Alfred FOURNIER (AIHP 1862), en 1879, était bien une chaire des Maladies Cutanées et Syphilitiques. La dermatologie fut, d'ailleurs, plutôt négligée par Alfred FOURNIER qui était avant tout un grand syphiligraphe. La double spécialité de Dermatologie-Vénéréologie est la règle dans tous les pays du monde à l'exception des pays anglo-saxons et, en particulier, de la Grande-Bretagne qui a séparé la dermatologie des maladies sexuellement transmises. Il existe, en effet, en Grande-Bretagne une spécialité à part appelée Sexually Transmitted Diseases (ou Genitourinary Medicine, aujourd'hui Sexual Health). Les médecins de cette spécialité ont vocation, également, à s'occuper de l'infection VIH.
Continuer la lecture  |  Réagissez

Le psoriasis : une maladie inflammatoire systémique à fort impact sur la qualité de vie

Le psoriasis est une maladie inflammatoire chronique caractérisée par une activation anormale du système immunitaire affectant principalement la peau et les articulations. La prévalence du psoriasis dans la population française est de 1 à 3 %. Il est estimé qu'environ 20 à 30 % des patients vont souffrir de formes modérées à sévères de la maladie. Le psoriasis est une maladie multigénique. Le gène de prédisposition majeur est HLA-Cw6, d'autres gènes de susceptibilité importants ont été identifiés comme IL12B codant pour la sous-unité p40 commune à l'IL-12 et l'IL-23 ou comme le gène codant pour la sous unité du récepteur à l'IL-23.
Continuer la lecture  |  Réagissez

Pour une éthique en dermatologie esthétique. Hippocrate, sommes-nous fidèles à ton serment ?

Depuis 20 ans, la demande de soins esthétiques explose : conséquence et de l'allongement de la durée de la vie, entraînant la quête d'une jeunesse quasi éternelle, et des progrès considérables des techniques biomédicales pouvant répondre à cette attente. Ainsi, plus de la moitié des dermatologues libéraux a une activité esthétique ; elle est quasi exclusive pour 10% d'entre eux. L'exemple des produits de comblement (6) est édifiant : plus de 600 000 injections pour l'année 2009 (source AFSSAPS toutes spécialités confondues) représentant un budget de 120 millions d'euros pour l'industrie pharmaceutique.
Continuer la lecture  |  Réagissez

Spécificité des lymphomes cutanés

Les lymphomes cutanés sont des lymphomes débutant et prédominant au niveau de la peau. Par définition, ces lymphomes ont un bilan d'extension extra-cutané complètement négatif au moment du diagnostic. La peau représente par ordre de fréquence le deuxième site de lymphomes extranodaux, après les lymphomes digestifs. Les lymphomes cutanés ont souvent un pronostic très différent des lymphomes systémiques présentant le même aspect histologique et pouvant donner lieu à des lésions secondairement cutanées.
Continuer la lecture  |  Réagissez

Toxidermies aux nouvelles thérapeutiques

Les toxidermies regroupent l'ensemble des réactions cutanées liées à la prise d'un médicament. Le développement de nouvelles thérapeutiques, notamment ciblées - anticorps monoclonaux, protéines recombinantes, anti-rétroviraux - est à l'origine de nouvelles formes de toxidermies. Sur le plan physiopathologique, ces réactions sont liées soit à un mécanisme d'hypersensibilité, soit un mécanisme toxique ou aux propriétés pharmacologiques du médicament (lipodystrophie avec les inhibiteurs nucléosiques et nucléotidique de la reverse transcriptase, troubles des phanères associés aux anti EGFR).
Continuer la lecture  |  Réagissez