Difficile de parler d'une spécialité dont la définition même échappe. Je me fais la réflexion chaque fois que je reçois une demande de poste de senior. Tous et toutes disent à peu près la même chose, une formation de pointe, une maitrise débutante mais affirmée des interventions les plus sophistiquées (transplantations, chirurgie complexe du cancer, chirurgie bariatrique). Paradoxalement, peu font état de leur aptitude à gérer la chirurgie de la paroi, la cholécystectomie simple, les urgences courantes (kyste pilonidal, appendicites et j'en passe.) Lorsque j'étais interne mon patron définissait la chirurgie viscérale en disant que nous faisions tout de la bouche à l'anus, en passant par la peau et la paroi ce qui dans les années 1980 2000 était globalement vrai. Il aurait pu ajouter que tout (ou presque) était faisable partout, du CHU à l'hôpital de proximité. Qu'en est-il actuellement ?
Continuer la lecture  |  Réagissez