Hépato - Gastroentérologie

HELICOBACTER PYLORI

Helicobacter pylori est une bactérie flagellée Gram négatif de la muqueuse gastrique à laquelle elle adhère par l'intermédiaire d'adhésine. C'est un gastroentérologue, le Docteur Barry Marshall, et un pathologiste, le Docteur J. R Warren, qui ont découvert cette bactérie en 1984. Cette découverte a bouleversé la compréhension des maladies gastriques et a entraîné des progrès thérapeutiques majeurs.
Continuer la lecture  |  Réagissez

La Révolution thérapeutique de l'hépatite chronique C

Le traitement de l'hépatite chronique C est actuellement en plein bouleversement. Après 10 ans de bithérapie pégylée (interféron pégylée et ribavirine) sont apparues les premières molécules antivirales directes (AVDs), telaprevir et boceprevir, en 2011 et plusieurs dizaines de nouveaux AVDs ont obtenu, soit une autorisation temporaire d'utilisation (ATU), ou une autorisation de mise sur le marché (AMM), ou sont actuellement en cours de développement. La mise au point récente de ces molécules est liée à la connaissance des différentes étapes et acteurs du cycle viral. Virtuellement, chaque étape est une cible potentiel pour la mise au point d'inhibiteurs. La synthèse des protéines virales et la réplication sont les deux cibles principales d'action des inhibiteurs spécifiques du VHC.
Continuer la lecture  |  Réagissez

Maladies inflammatoires chroniques de l'intestin

Des progrès majeurs ont été réalisés au cours des deux dernières décennies dans la compréhension et la prise en charge des maladies inflammatoires de l'intestin (MICI) : - Des progrès en génétique, avec l'identification de plus de 160 gènes de susceptibilité, permettant de souligner le rôle de l'immunité innée et de l'épithélium, révélant le rôle de voies de l'inflammation jusqu'alors peu connues ou négligées telles que l'autophagie ou le stress du réticulum endoplasmique, et surtout l'importance de l'interaction entre l'hôte et le microbiote intestinal, - Des progrès en microbiologie, avec l'analyse du microbiote intestinal par de nouveaux outils moléculaires, révélant une dysbiose et notamment une diminution de la diversité microbienne, - Des progrès en thérapeutique, avec les traitements anti-TNF et l'avènement récent ou à venir de nouvelles biothérapies. Malgré ces avancées, on explique mal l'augmentation de l'incidence des MICI dans le monde, vraisemblablement liée à des facteurs environnementaux que nous ne parvenons pas à identifier.
Continuer la lecture  |  Réagissez

Microbiote Intestinal. Un véritable nouvel organe

La flore ou microbiote intestinal est l'ensemble des microorganismes (principalement des bactéries) qui colonisent notre tube digestif. Un être humain héberge 1014 bactéries dans son tractus digestif soit dix fois plus que de cellules eucaryotes. Le microbiote est adapté à son environnement et il existe une relation étroite de mutualisme entre microbiote et hôte. Plus de 70% des bactéries qui composent le microbiote intestinal ne sont pas cultivables par les méthodes classiques. Ces dernières années, l'avènement de la biologie moléculaire a permis l'analyse plus complète du microbiote intestinal et la description de sa grande diversité, en s'affranchissant des limites de la culture. Le microbiote intestinal représente une biomasse importante possédant de grandes capacités fonctionnelles dont l'hôte bénéficie largement, le faisant considérer par certains comme un « organe caché ».
Continuer la lecture  |  Réagissez

Progrès en Endoscopies digestives

La pratique de l'Endoscopie Digestive a connu un essor considérable tant pour le diagnostic que pour l'Endoscopie thérapeutique. Les endoscopies à visée diagnostique ont considérablement progressé du fait d'un matériel plus performant, de petite taille et permettant maintenant l'exploration de la totalité du tube digestif, avec par exemple la mise à disposition de vidéocapsules miniaturisées.
Continuer la lecture  |  Réagissez

Progrès récents en Cancérologie Digestive

Les cancers digestifs, sont responsables de 60 000 décès chaque année en France. Le cancer colorectal expliquer le quart de ces décès. Le cancer du pancréas (12 000 nouveaux cas par an) pourrait devenir la deuxième cause de mortalité en France en 2030. L'incidence des cancers digestifs augmente régulièrement, en grande partie liée au vieillissement de la population, à l'exception notable du cancer de l'estomac dont l'incidence n'a cessé de diminuer...
Continuer la lecture  |  Réagissez