Gynécologie

Assistance Médicale à la Procréation : bilan et perspectives

Depuis la naissance, en 1978, de Louise Brown, premier bébé conçu en éprouvette, plus de 5 millions de bébés ont été ainsi conçus dans le monde. L'assistance médicale à la procréation (AMP) est entrée dans nos moeurs, sa pratique est devenue courante en France, néanmoins elle continue de soulever de multiples questions qu'il est impossible d'aborder dans un texte court, 2 points d'actualités ont donc été choisis :les (vrais) résultats de l'AMP en France et faut-il étendre les indications de l'AMP.
Continuer la lecture  |  Réagissez

Contraceptifs hormonaux : une classification pour une meilleure prescription

Une classification des contraceptifs a pour objectif principal de guider le prescripteur dans la jungle des produits disponibles et ainsi par un cheminement logique d'arriver à la contraception la plus adaptée à une patiente donnée. « la plus adapté » s'entend en terme d'efficacité intrinsèque mais aussi de tolérance donc de persistance qui conditionneront l'adhésion qui elle conditionnera l'efficacité dans la « vraie vie ». Cette classification s'entend aussi en terme de risques qui ne se limitent pas précisément à ceux inclus dans une classification aveugle mais bien d'avantage a une adéquation entre terrain et type de risque de chaque produit.
Continuer la lecture  |  Réagissez

Préservation de la fertilité pour raisons médicales

La loi de Bioéthique de 2004, confirmée par celle de 2011 et par un texte commun de l'agence de la Biomédecine (ABM) et l'institut national du Cancer (INCA), affirme qu'« en vue de la réalisation ultérieure d'une AMP, toute personne peut bénéficier du recueil et de la conservation de ses gamètes ou de tissu germinal, avec son consentement et, le cas échéant, celui de l'un des titulaires de l'autorité parentale ou du tuteur, lorsque la prise en charge médicale est susceptible d'altérer sa fertilité, ou lorsque sa fertilité risque d'être prématurément altérée ».
Continuer la lecture  |  Réagissez

Bilan d'infertilité : nouvelles recommandations

La prise en charge des couples infertiles a beaucoup évolué ces dernières années. Il était classiquement admis qu'il ne fallait commencer l'exploration d'un couple infertile qu'après deux ans de rapports sexuels réguliers. Avec le recul de l'âge du désir du premier enfant une telle attitude devenait dangereuse pour la femme .La récente définition internationale de l'infertilité a conforté la notion de un an de rapports non protégés sans obtention de grossesse pour définir l'infertilité (Infertility [clinical definition] : a disease of the reproductive system defined by the failure to achieve a clinical pregnancy after 12 months or more of regular unprotected sexual intercourse).
Continuer la lecture  |  Réagissez

Actualités du Syndrome de Turner

Le syndrome de Turner est une affection génétique rare liée à l'absence totale ou partielle d'un chromosome X, affectant 1/2500 nouveau-nés de sexe féminin et dont le diagnostic de certitude est porté par le caryotype. Il associe de manière quasi constante un retard statural et une insuffisance ovarienne avec infertilité. Les autres anomalies sont inconstantes : particularités phénotypiques d'intensité variable, malformations congénitales (cardiaques, rénales), ainsi qu'un risque accru de pathologies acquises (cardiovasculaires, ORL, auto-immunes, métaboliques). Une prise en charge multidisciplinaire tout au long de la vie est nécessaire pour améliorer la qualité de vie et diminuer la morbidité de ces patientes.
Continuer la lecture  |  Réagissez

Cancers du sein : les nouveaux outils de la décision. L'exemple d'Oncotype DX

La douzième conférence internationale de consensus sur les traitements des cancers du sein - qui se réunit tous les deux ans à St Gallen, en Suisse - a pris nettement position pour l'utilisation du test génomique Oncotype DX dans certains cas sélectionnés. Cette signature moléculaire permet de mieux sélectionner les patientes candidates à une chimiothérapie. Les études cliniques réalisées ça et là montrent qu'il est possible de diminuer ainsi - sans risque - les indications de 20 à 30 %.
Continuer la lecture  |  Réagissez

Contraception hormonale et risque veineux

La plupart des femmes auront utilisé au cours de leur vie un traitement hormonal, en particulier une contraception hormonale. Ces contraceptions ont énormément évolué depuis leur introduction au début des années 60, en termes de molécules, dosages ou voie d'administration. Ces modifications visent à améliorer l'efficacité et la tolérance clinique tout en tenant compte des risques potentiels et notamment les risques vasculaires veineux.
Continuer la lecture  |  Réagissez

Endométriose colorectale : Quelle stratégie thérapeutique ?

Depuis la publication des premiers travaux rapportant la faisabilité de la résection colorectale par coelioscopie pour endométriose de très nombreux articles ont été publiés évaluant les résultats. Malgré le nombre important d'articles publiés sur la résection colorectale pour endométriose, il convient de souligner la méconnaissance de son incidence. Pour la plupart des auteurs, 5 à 12% des patientes ayant une endométriose seraient porteuses d'une localisation digestive mais des chiffres allant jusqu'à 37% ont été également rapportés reflétant la variation de recrutement des centres.
Continuer la lecture  |  Réagissez

Grossesse et infection par le VIH : progrès spectaculaires et enjeux nouveaux

Les traitements antirétroviraux transforment l'infection par le VIH en une pathologie chronique et permettent une prévention quasi-complète de la transmission mère-enfant (TME), y compris dans les pays pauvres lorsqu'ils sont disponibles. En effet, la charge virale plasmatique maternelle est le paramètre déterminant, et l'obtention d'un taux indétectable est le moyen le plus efficace de prévention de la TME. Les cas actuels de TME sont dus à des échecs de prise en charge (non-dépistage de l'infection de la mère, problèmes d'accès aux soins, mauvaise observance du traitement) plus qu'à des échecs thérapeutiques.
Continuer la lecture  |  Réagissez

Les fibromes utérins

Le fibrome utérin est une pathologie gynécologique qui affecte 20 à 40 % des femmes en âge de procréer et en activité professionnelle. Le fibrome est responsable de ménorragies, source d'anémie, d'asthénie, de métrorragies, de douleurs pelviennes par mécanisme de nécrose du fibrome ou par compression des organes de voisinage et d'infertilité. L'ensemble de ces symptômes peut être isolé ou associé. Le retentissement de la maladie sur la qualité de vie, sur le couple et l'activité professionnelle est important. Le fibrome utérin est la première cause d'hystérectomies en France et sa prise en charge constitue un problème de santé publique.
Continuer la lecture  |  Réagissez

L'Assistance Médicale à la Procréation : 35 ans de révolution procréatique - Avancées thérapeutiques dans l'AMP

C'est dans le courant des années 70 que se développe, dix ans après la libéralisation de la contraception (loi Neuwirth), la procréation médicalement assistée qui deviendra ensuite l'assistance médicale à la procréation (AMP, changement de formulation mais aussi de philosophie). Les pionniers furent parmi tant d'autres français (Charles Thibault, René Frydman, Jacques Testard, Jean Cohen, Joelle Belaisch-Allart, Jacques Salat-Baroux, Jacqueline Mandelbaum, Michèle Plachot, Bernard Hedon), anglais (Robert Edwards, Patrick Steptoe), américains (Jacques Cohen, le couple Jones) ou australien (Alan Trounson). Dix ans après mai 1968, les causes d'infertilité étaient avant tout tubaires, infectieuses ou post-salpingectomie pour grossesse extra-utérine.
Continuer la lecture  |  Réagissez