128
127
123

Articles N° 104

Médecine de demain : la Cardiologie ambulatoire avec ou sans rendez-vous

La médecine ambulatoire connaît depuis plusieurs an­nées un essor considérable, en permettant. au prix d'un important effort d'organisation du système de soins, d'une part la simpli­fication du parcours patient, et d'autre part la réduction des dépenses de santé [1,2].

Données récentes dans l’ablation de la fibrillation atriale

Avec 34 millions de patients atteints dans le monde, la Fibrillation Atriale (FA) est l’arythmie cardiaque la plus fréquente et une source majeure de morbi-mortalité [1]. À l’âge de 75 ans, 10 % de la population a déjà développé de la FA [2], et des modélisations prédisent une forte augmentation de son incidence les prochaines décennies [3]. Outre son association avec l’Accident Vasculaire Cérébral (AVC) ischémique [4], la FA augmente également le risque d’Insuffisance Cardiaque (IC), et le taux de mortalité des patients en FA est 2 fois supérieur aux individus sans FA [5].

Le syndrome coronarien aigu sans élévation du segment ST, quelles sont les nouveautés ?

L’infarctus du myocarde est dû à l’obstruction d’une artère coronaire qui vascularise le coeur, entrainant un défaut d’oxygénation du muscle cardiaque et ainsi une destruction partielle du muscle cardiaque. Cette urgence vitale nécessite d’appeler le Samu (15) pour une hospitalisation immédiate. D’après les données de l’INSERM, 80 000 personnes sont concernées en France. L’infarctus est responsable d’un décès sur dix chez ces patients dans l’heure du début des symptômes. Grâce aux avancées des mesures préventives et thérapeutiques, la mortalité qui lui est associée diminue d’année en année. La recherche médicale est un axe primordial pour répondre à ce problème de santé publique.

Actualités dans la prise en charge de l’endocardite infectieuse

L’endocardite infectieuse (EI) reste une maladie rare mais grave, avec une incidence d’environ 1500 cas par an en France [1,2] et une mortalité intra-hospitalière de 15-20 % [1], atteignant les 30 % à un an [2]. Le pronostic des endocardites sur prothèse est encore plus péjoratif. L’incidence de l’endocardite infectieuse en France sur les 20 dernières années semble stable en population générale [3]. Toutes les études menées dans les pays industrialisés s’accordent pour souligner que le profil épidémiologique de la maladie s’est modifié aux cours des dernières décennies.

Nouveauté en Cardiologie interventionnelle valvulaire

La cardiologie interventionnelle a connu un essor considérable dans la dernière décennie pour la prise en charge des cardiopathies valvulaires, autrefois domaine réservé du chirurgien cardiaque. Le remplacement valvulaire aortique ou TAVI (transcatheter aortic valve replacement) s’est particulièrement illustré pour la prise en charge du rétrécissement aortique serré symptomatique avec un élargissement progressif des indications aux patients présentant un risque opératoire de plus en plus faible. La prise en charge percutanée de l’insuffisance mitrale notamment via l’utilisation de clip est également en plein développement, offrant de nouvelles alternatives thérapeutiques à des patients non opérables pendant que les remplacements percutanés de valves mitrales, tricuspides et pulmonaires font progressivement preuve de leur concept. Dans cet article, nous passons en revue les principales avancées de la cardiologie interventionnelle des pathologies valvulaires. 

L’échographie tridimensionnelle en Cardiologie

L’échocardiographie tridimensionnelle (3D) s'impose comme une nouvelle modalité ultrasonore depuis l'avènement de l'imagerie 3D en temps réel. L'apport, en termes de précision diagnostique, que ce soit en transthoracique (ETT) ou transoesophagien (ETO) permet une approche pronostique et thérapeutique plus fine des cardiopathies. L’intérêt de cette modalité d’imagerie ultrasonore est maintenant démontré en pratique courante, dans l’évaluation des volumes et fonction ventriculaire gauche, dans l’évaluation des valvulopathies (analyse morphologique, quantification, prise en charge thérapeutique) et aussi pour guider de nombreuses procédures interventionnelles, notamment les fermetures de Communication Inter-Auriculaire (CIA) et d’auricule gauche, les poses de clip mitraux, et fermetures de fuite péri prothétiques.