123
128
127

Articles N° 58

Oxygénothérapie et ventilation non invasive à domicile ou l'exportation hors l'hôpital des techniques complexes

L'insuffisance respiratoire chronique (IRC) est un syndrome défini par une incapacité chronique à assurer une hématose normale. En d'autres termes, un patient souffrant d'IRC a en permanence une hypoxémie, souvent (mais non toujours) associée à une hypercapnie. L'IRC peut être l'aboutissant de très nombreuses maladies pulmonaires, au premier rang desquelles les Broncho-Pneumopathies Chroniques Obstructives (BPCO) qui sont à l'origine de 80% des IRC en raison l'importante et ancienne prévalence du tabagisme.

Exacerbations aiguës de BronchoPneumopathie Chronique Obstructive (BPCO)

Parmi les pathologies mortelles et handicapantes, la BPCO est celle qui va le plus progresser dans les années à venir : des projections - confirmées récemment - estiment que dans 10 ans elle sera au troisième rang en terme de mortalité et au cinquième rang en termes de handicap. La survenue d'épisodes respiratoires aigus qui émaillent son évolution de la BPCO a des conséquences sur la survie, la qualité de vie, la fonction respiratoire, et sur les coûts liés à cette maladie, surtout en cas d'hospitalisation.

Prise en charge de l'hypertension artérielle pulmonaire idiopathique

L'hypertension artérielle pulmonaire (HTAP) est une maladie rare (nouveaux cas annuels en France estimé à environ 2 par million d'habitants) dont le mauvais pronostic a longtemps été considéré comme inéluctable. La maladie est caractérisée par l'augmentation progressive des résistances artérielles pulmonaires, aboutissant à une insuffisance cardiaque droite et au décès. Elle est définie par l'existence d'une pression artérielle pulmonaire moyenne (PAPm) > 25 mmHg au repos en l'absence d'élévation de la pression artérielle pulmonaire d'occlusion (PAPO), reflet de la pression capillaire (< 15 mm Hg) lors du cathétérisme cardiaque droit. La classification clinique définit l'HTAP idiopathique par la survenue de la maladie en l'absence de conditions ou pathologies associées, telles que les connectivites, les cardiopathies congénitales, l'hypertension portale, l'infection par le virus de l'immunodéficience humaine (VIH) ou l'exposition à certains médicaments, notamment certains anorexigènes.