127
123
128

Articles N° 2

Édito Forum des Spécialités Ophtalmologie

2021. Dans de nombreux films d’anticipation ou de science-fiction ces chiffres évoquent un futur lointain, inaccessible où tout sera possible. Pourtant nous sommes déjà en 2021 et pour des raisons sanitaires ce futur est incertain. Toutefois, nous vivons une époque où tout va plus vite, où l’ordinateur et internet rendent possible l’impossible, et ce en un temps record. L’essor du numérique et de la technologie semble inépuisable.

Formation et devenir de l’enseignement en ophtalmologie

L’ophtalmologie reste l’une des spécialités les plus attractives avec une valence médicochirurgicale complète et un mode d’exercice très varié. L’enseignement en ophtalmologie concerne principalement le deuxième et le troisième cycles ainsi que le post-internat. Plusieurs réformes globales récentes ont bouleversé les pratiques bien établies dans ces différents domaines. Le rôle des Collèges de spécialité a été renforcé et la création de la Coordination Nationale des Collèges d’enseignants en Médecine (CNCEM) a permis d’accompagner la mise en œuvre des nouvelles réformes, en particulier celle du troisième cycle (R3C). La pandémie Covid-19 a significativement bouleversé les procédures d’apprentissage et les méthodes pédagogiques. Il s’agit certainement d’une des rares conséquences bénéfiques que l’on puisse citer.

Du diagnostic au traitement, la technologie au service de la rétine.

Depuis quelques années maintenant, l’ophtalmologie en général et la spécialité de la rétine en particulier vit une transformation profonde dans sa pratique en raison de l’irruption de la technologie d’imagerie au quotidien. Ces technologies, servies par une digitalisation et une informatisation toujours plus performantes permettent une amélioration de nos connaissances et ainsi une meilleure prise en charge diagnostique et thérapeutique des pathologies rétiniennes. L’arrivée imminente de l’Intelligence Artificielle et de façon plus lointaine de la robotisation chirurgicale permettent d’envisager encore un changement dans le paysage ophtalmologique.

Innovations en matière de calcul d’implant

Les connaissances en optique théorique et l’avènement du Machine Learning ont permis d’optimiser les formules de calcul d’implant de chirurgie de la cataracte, en bénéficiant du perfectionnement des biomètres optiques. Le développement de nouvelles formules basées sur l’intelligence artificielle et l’arrivée de l’aberrométrie peropératoire visent à augmenter la précision réfractive liée au choix de puissance des implants.

Innovations dans la prise en charge diagnostique et chirurgicale des pathologies cornéennes

Initialement développée et largement utilisée pour les pathologies rétiniennes, la tomographie en cohérence optique a fait son apparition il y a quelques années dans le domaine du segment antérieur. Sa résolution, en constante augmentation, permet d’obtenir des coupes quasi histologiques du tissu cornéen, et son utilisation en per-opératoire en fait une application concrète du principe de réalité augmentée.

Innovations thérapeutiques dans la prise en charge du glaucome

L’abaissement de la pression intra-oculaire constitue à cette heure la pierre angulaire du traitement du glaucome afin d’arrêter ou de ralentir sa progression. L’arsenal thérapeutique vient s’enrichir d’innovations médico-chirurgicales pour une prise en charge individualisée du patient glaucomateux et un possible changement dans les algorithmes de traitement.

Les uvéites : avancées diagnostiques et thérapeutiques

Les inflammations intraoculaires ne sont plus uniquement représentées par les uvéites classiques comme nous avions l’habitude de l’enseigner et de les prendre en charge. De nouvelles étiologies, en particulier iatrogènes ont été identifiées durant les 10 dernières années, démontrant, s’il était nécessaire, le caractère ubiquitaire des mécanismes inflammatoires à l’origine ou comme facteur aggravant des maladies oculaires. Un protocole national de diagnostic et de soins (PNDS) consacré aux uvéites non infectieuses de l’enfant et de l’adulte vient d’être validé par la HAS et publié. Les classifications sont de plus en plus précises et le pronostic de chaque type d’uvéite devient plus facile à prédire en fonction des différents éléments cliniques et des stratégies thérapeutiques potentielles. Le pronostic visuel est significativement amélioré chez la grande majorité des patients.