127
123
128

Articles N° 7

La dermatologie en pleine révolution

Édito du Forum des Spécialités Dermatologie 2022
La dermatologie médicale (par opposition à la dermatologie esthétique) a longtemps « ronronné » : dermatoses chroniques incurables, peu d’avancées thérapeutiques, stagnation des concepts. Depuis une vingtaine d’années, la vie s’embellit pour le dermatologue…

Le psoriasis - Actualités

Depuis 20 ans, la recherche a considérablement amélioré la compréhension du psoriasis et sa prise en charge. Cette recherche porte sur la génétique, la physiopathologie, l’épidémiologie, et la thérapeutique, recherche industrielle et académique. La France participe activement à cette dynamique tant en recherche fondamentale, que clinique ou thérapeutique, chez l’enfant et chez l’adulte. Les succès récents peuvent nous faire dire qu’aucun psoriasis léger ou plus sévère ne résiste aux traitements en 2023, sous réserve d’une bonne observance.

Up to date dans le mélanome cutané

L’immunothérapie et les thérapies ciblées ont considérablement modifié la prise en charge du mélanome au stade avancé avec désormais des taux de réponse prolongée entre 30 et 40 % pour l’immunothérapie et jusqu’à 70 % pour les thérapies ciblées mais des réponses en moyenne moins prolongées. Ces nouvelles thérapies ont également démontré un bénéfice en situation adjuvante et néoadjuvante chez des patients ayant des mélanomes de stade plus précoce.

L’imagerie dermatologie une nouvelle discipline émergente : la révolution optique

L’aspect visuel des maladies cutanées a engendré des représentations de dermatoses très tôt dans l’histoire de l’humanité sous la forme de peinture, fresques, gravure ou sculptures. La loupe, les moulages anatomiques et la photographie ont accompagné la naissance de cette discipline qu’est la dermatologie au XIXe siècle.

Traitement de la gale en 2022

La gale constitue un problème de santé publique dans certaines situations/pays avec une incidence en probable augmentation et un fort impact sur la qualité de vie. Des traitements topiques et oraux sont disponibles. Ceux-ci doivent être prescrits à J0 puis J8 avec des mesures associées sur les contacts du cas index afin d’éviter les échecs, recontaminations et épidémies. Le développement de nouvelles molécules ainsi que les résultats à venir d’essais contrôlés randomisés utilisant les traitements actuels devraient optimiser la prise en charge future de la gale.

Prise en charge du lichen scléreux génital en 2022

L’approche topographique du diagnostic dermatologique a pour usage de distinguer les muqueuses génitales féminines et masculines. Cette distinction topographique se justifie en pratique clinique. D’une part, certaines dermatoses atteignant le pénis ou la vulve, telles que la lymphangite sclérosante du pénis, le syndrome du scrotum rouge, l’ulcération aiguë de la vulve de Lipschutz n’existent que dans cette localisation. D’autre part, l’expression génitale d’autres dermatoses, telles que le psoriasis ou l’érythème pigmenté fixe par exemple, se distingue sur le plan sémiologique de l’atteinte cutanée extra-génitale habituelle. La prise en charge des dermatoses génitales nécessite de bonnes connaissances dermatologiques mais aussi une compétence uro-gynécologique, ce qui la rend difficile et peut expliquer un désintérêt de certains. Mais cette exigence et la coopération inter-disciplinaire sont aussi ce qui la rendent passionnante. Cette remarque est valable pour d’autres localisations « frontières » de la dermatologie topographique, comme la bouche, l’anus, les paupières, l’oreille externe… Pour illustrer la dermatologie génitale, nous avons choisi d’aborder une pathologie fréquente, relevant de plusieurs spécialités (dermatologie, gynécologie, urologie) parfois difficile à reconnaître et à traiter, et à risque d’évolution carcinomateuse : le lichen scléreux.